L’importance de la biodiversité

La biodiversité est un sujet récurrent quand il est question d’environnement et de changement climatique. C’est aussi l’un des piliers de l’agroécologie, comme nous vous l’avons expliqué dans un précédent article. Aujourd’hui, nous vous présentons ce qu’est la biodiversité… et comment la préserver !

Qu’est-ce que la biodiversité ? 

La biodiversité est la diversité biologique, c’est-à-dire la diversité que l’on trouve au sein du monde vivant (Actu-Environnement, 2019). Elle regroupe la diversité des environnements (écosystèmes), des espèces, des individus et enfin la diversité génétique. 

La Convention sur la diversité biologique définit la biodiversité comme : « la variabilité des êtres vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie : cela comprend la diversité au sein des espèces, ainsi que celle des écosystèmes » (art. 2) (INPN, 2022).

Les scientifiques étudient les composantes de cette biodiversité (qui peuvent autant faire partie de la faune que de la flore) et essayent de plus en plus de comprendre leurs interactions. La biodiversité est désormais prise en compte dans de nombreux enjeux sociétaux, notamment dans le domaine de l’agriculture. 

Les intérêts de la biodiversité floristique

Les plantes composent la biodiversité floristique d’un écosystème. Les plantes sont à la base de la chaîne alimentaire et sont donc des producteurs primaires (Conservation nature, 2022). Via la photosynthèse, les plantes prélèvent des éléments chimiques présents dans l’environnement afin de les restituer sous forme de matière organique à l’écosystème. Elles sont aussi souvent consommées par les consommateurs primaires, qui seront eux-mêmes mangés par les espèces carnivores. 

Au sein d’un écosystème cultivé comme une ferme, la biodiversité floristique est très importante pour les auxiliaires de culture. En effet, comme expliqué précédemment, elle représente la source de nourriture des consommateurs primaires (pollen et nectar des fleurs). Certaines espèces d’insectes sont également spécifiques d’une ou de quelques espèces végétales. Implanter ou préserver une grande diversité floristique permet donc de fournir de la nourriture assez diversifiée pour attirer un large panel d’espèces bénéfiques pour les cultures. 

La biodiversité floristique assure différents services écosystémiques : le stockage de carbone (service de régulation), la fourniture de matière organique comme le bois par exemple (service d’approvisionnement), la réalisation de la photosynthèse (service de support), l’aspect esthétique des paysages (service culturel)…

Cette diversité floristique permet également de fournir un abri à ces auxiliaires, en plus de la nourriture. Diversifier les espèces permet donc de diversifier les habitats, et donc de multiplier le nombre d’espèces accueillies !

Bandes fleuries en extérieur sur la ferme pilote de NeoFarm
Bandes fleuries en extérieur sur la ferme pilote de NeoFarm

Les intérêts de la biodiversité faunistique

Une fois que la biodiversité floristique est présente, la biodiversité faunistique (les animaux) peut s’installer. Parmi celle-ci, on trouve les espèces herbivores et les espèces carnivores. On peut également les segmenter selon leur taille : microfaune, mésofaune et macrofaune. Au sein de l’écosystème, il existe entre ces espèces des interactions de différents types : prédation, symbiose, compétition, mutualisme, parasitisme, coopération… Les espèces animales interagissent donc non seulement entre elles mais également avec les espèces végétales et avec l’écosystème. Elles façonnent ainsi leur habitat et permettent le maintien de l’écosystème, par exemple via le processus essentiel de la pollinisation. 

Sur une ferme, la biodiversité faunistique est nécessaire pour assurer une bonne pollinisation des fleurs… donc pour obtenir des légumes. Cette biodiversité est également très utile dans la régulation des populations de ravageurs des cultures et contribue ainsi à la résilience du système de culture. 

Enfin, la biodiversité faunistique rend, elle aussi, des services écosystémiques, comme la pollinisation (service d’approvisionnement), la régulation des parasites (service de régulation)…

Papillon, opilion, grenouille et canards présents sur la ferme pilote de Saint-Nom-la-Bretèche
Papillon, opilion, grenouille et canards présents sur la ferme pilote de Saint-Nom-la-Bretèche

Comment maintenir ou rétablir la biodiversité ? 

L’objectif est donc de rétablir ou de maintenir la biodiversité dans les agroécosystèmes, afin que ceux-ci soient résilients, productifs et durables. Pour cela, il faut fournir le gîte et le couvert aux espèces endémiques, afin de les inciter à revenir ou à rester au sein de la ferme. 

Implanter des espèces végétales nombreuses et diversifiées est un premier aménagement à réaliser. Les infrastructures de biodiversité peuvent être : des bandes fleuries, des haies, des couverts végétaux, des mares… La disposition de ces éléments est également importante. Ils doivent être disposés en continuité, afin de constituer un corridor de biodiversité que puissent emprunter les espèces animales. 

Bandes fleuries sous une des serres de notre ferme
Bandes fleuries sous une des serres de notre ferme

Enfin, d’autres infrastructures peuvent être ajoutées, comme des hôtels à insectes, des refuges pour diverses espèces comme des tas de bois (nidification pour les oiseaux, refuge pour les hérissons et musaraignes), de pierres (abris pour les belettes) ou des pots enterrés (nid pour les bourdons). Il est aussi possible de mettre en place des nichoirs et perchoirs pour les oiseaux (les mésanges consomment par exemple les chenilles, coléoptères, mouches, larves et autres ravageurs des cultures ; le faucon crécerelle est un prédateur des rongeurs). Ces infrastructures peuvent être mises en place par tous, dans de nombreux écosystèmes. 

Divers aménagements biodiversité : hôtel à insectes, tas de bois, pot enterré
Divers aménagements biodiversité : hôtel à insectes, tas de bois, pot enterré

Évidemment, offrir ces ressources à la faune va de pair avec la limitation ou l’arrêt de pratiques qui lui sont néfastes. Parmi ces pratiques, on peut trouver la surexploitation des ressources naturelles, l’introduction d’espèces invasives, les pollutions diverses (déchets, insecticides, pesticides, substances chimiques dans l’eau et le sol…), les pratiques favorisant le changement climatique… L’essentiel est d’assurer une cohérence de toutes ces actions, pour faire naître et pérenniser la biodiversité ! 

Références

  • Actu-Environnement, 2019. Dictionnaire Environnement, définition Biodiversité. 
  • Conservation Nature, 2022. La biodiversité : quand la nature se diversifie.
  • INPN (Inventaire national du patrimoine naturel), 2022. La biodiversité – définitions.
  • Sirami C., Theau J-P., Ryschawy J., 2022. Services écosystémiques dans les agroécosystèmes : Définition. Dictionnaire d’agroécologie.

Pour aller plus loin

Contactez-nous